Make your own free website on Tripod.com

List Of Contents | Contents of Henri III et sa Cour by Alexandre Dumas
< < Previous Page     Next Page > >

nous pouvons en venir aux mains, nus jusqu'… la ceinture, monsieur le
duc, et l'on verra celui dont le coeur battra.

HENRI

Assez, messieurs,, assez! nous honorerons le combat de notre
pr‚sence, et nous le fixons … demain...Maintenant, chacun de vous
peut r‚clamer un don, et, s'il est en notre puissance royale de vous
l'accorder, vous serez satisfaits … l'instant...Que veux-tu,
Saint-M‚grin?

SAINT-MEGRIN

Un ‚gal partage du terrain et du soleil; pour le reste, je m'en
rapporte … Dieu et … mon ‚p‚e.

HENRI

Et vous, monsieur le duc, que demandez-vous?

LE DUC DE GUISE

La promesse formelle qu'avant le combat Votre Majest‚ reconnaŒtra la
Ligue, et nommera son chef.  J'ai dit.

HENRI

Quoique nous ne nous attendissions pas … cette demande, nous vous
l'octroyons, mon beau cousin...Messieurs, puisque M. de Guise nous y
force, au lieu du bal masqu‚ de cette nuit, nous aurons un conseil
d'Etat...Je vous y convoque tous, messieurs.  Quant aux deux
champions, nous les invitons … profiter de cet intervalle, pour bien
songer au salut de leur ƒme.  Allez, messieurs, allez.


SCENE V

HENRI, CATHERINE

HENRI

Eh bien, ma mŠre, vous devez ˆtre contente, vos deux grands ennemis
vont se d‚truire eux-mˆmes, et vous devez m'en remercier; car j'ai
autoris‚ un combat que j'aurais pu empˆcher.

CATHERINE

Auriez-vous agi ainsi, mon fils, si vous eussiez su qu'une des
conditions de ce combat serait de nommer un chef … la Ligue?

HENRI

Non, sur mon ƒme, ma mŠre; je comptais sur une diversion.

CATHERINE

Et vous avez r‚solu?

HENRI

Rien encore, car les chances du combat sont incertaines...Si M. de
Guise ‚tait tu‚,...eh bien, on enterrerait la Ligue avec son chef;
s'il ne l'‚tait pas,...alors je prierais Dieu de m'‚clairer...Mais,
en tout cas, ma r‚solution une fois prise, je vous en avertis, rien
ne m'en fera changer...La vue de mon tr“ne me donne de temps en temps
des envies d'ˆtre roi, ma mŠre, et je suis dans un de ces moments-l….

CATHERINE

Eh! mon fils, qui plus que moi d‚sire vous voir une volont‚ ferme et
puissante?...Miron me recommande le repos.  Et, plus que jamais, je
d‚sire n'avoir aucune part du fardeau de l'Etat.

HENRI

Si je ne m'abuse, ma mŠre, j'ai vu s'‚tendre aujourd'hui vers mon
tr“ne un bras bard‚ de fer qui avait volont‚ de me d‚barrasser d'une
partie, si ce n'est du tout.

CATHERINE

Et probablement vous lui accorderez ce qu'il demande, car ce chef que
la Ligue exige par sa voix...

HENRI

Oui, oui, j'ai bien vu qu'il plaidait pour lui-mˆme; et peut-ˆtre, ma
mŠre, m'‚pargnerais-je bien des tourments en m'abandonnant … lui...
comme l'a fait mon frŠre Fran‡ois II, aprŠs la conjuration
d'Amboise... Et cependant, je n'aime pas qu'on vienne me prier arm‚
comme l'‚tait mon cousin de Guise; les genoux plient mal dans des
cuissards d'acier.

CATHERINE

Et jamais votre cousin de Guise n'a pli‚ le genou devant vous, qu'il
n'ait, en se relevant, emport‚ un morceau de votre manteau royal.

HENRI

Par la mort-Dieu! il n'a jamais forc‚ notre volont‚, cependant...Ce
que nous lui avons accord‚ a toujours ‚t‚ de notre plein gr‚...et,
cette fois encore, si nous le nommons chef de la Ligue, ce sera un
devoir que nous lui imposerons comme son maŒtre.

CATHERINE

Tous ces devoirs le rapprochent du tr“ne, mon fils!...et malheur...
malheur … vous, s'il met jamais le pied sur le velours de la premiŠre
marche!

HENRI

Ce que vous dites l…, ma mŠre, l'appuyeriez-vous sur quelques
raisons?

CATHERINE

Cette Ligue, que vous allez autoriser, savez-vous quel est son
but?...

HENRI

De soutenir l'autel et le tr“ne.

CATHERINE

C'est du moins ce que dit votre cousin de Guise; mais du moment qu'un
sujet se constitue, de sa propre autorit‚, d‚fenseur de son roi, mon
fils,...il n'est pas loin d'ˆtre un rebelle.

HENRI

M. le duc aurait-il de si coupables desseins?

CATHERINE

Les circonstances l'accusent, du moins...H‚las! mon fils, je ne puis
veiller sur vous comme je le faisais autrefois, et cependant,
peut-ˆtre aurai-je encore le bonheur de d‚jouer un grand complot.

HENRI

Un complot! on conspirerait contre moi?...Dites, dites, ma mŠre...
Quel est ce papier?...

CATHERINE

Un agent du duc de Guise, l'avocat Jean David, est mort … Lyon... Son
valet ‚tait un homme … moi; tous ses papiers m'ont ‚t‚ envoy‚s,
celui-ci en faisait partie.

HENRI

Voyons, ma mŠre, voyons...(AprŠs avoir jet‚ un coup d'oeil sur le
papier) Comment! un trait‚ entre don Juan d'Autriche et le duc de
Guise!...un trait‚ par lequel ils s'engagent … s'aider mutuellement …
monter, l'un sur le tr“ne des Pays-Bas, l'autre sur le tr“ne de
France!  Sur le tr“ne de France? que comptaient-ils donc faire de
moi, ma mŠre?...

CATHERINE

Voyez le dernier article de l'acte d'association des ligueurs, car le
voici tel...non pas que vous le connaissez, mon cher Henri, mais tel
qu'il a ‚t‚ pr‚sent‚ … la sanction du saint-pŠre, qui a refus‚ de
l'approuver.

HENRI, lisant

®Puis, quand le duc de Guise aura extermin‚ les huguenots, se sera
rendu maŒtre des principales villes du royaume, et que tout pliera
sous la puissance de la Ligue, il fera faire le procŠs … Monsieur,
comme … un fauteur manifeste des h‚r‚tiques, et, aprŠs avoir ras‚ le
roi et l'avoir confin‚ dans un couvent...¯  Dans un couvent!...Ils
veulent m'ensevelir dans un cloŒtre!...

CATHERINE

Oui, mon fils; ils disent que c'est l… que votre derniŠre couronne
vous attend...

HENRI

Ma mŠre, est-ce que Monsieur le duc l'oserait?

CATHERINE

P‚pin a fond‚ une dynastie, mon fils:  et qu'a donn‚ P‚pin …
Child‚ric, en ‚change de son manteau royal?...

HENRI

Un cilice, ma mŠre; un cilice, je le sais; mais les temps sont
chang‚s; pour arriver au tr“ne de France, il faut que la naissance y
donne des droits.

CATHERINE

Ne peut-on en supposer?...Voyez cette g‚n‚alogie.

HENRI

La maison de Lorraine remonterait … Charlemagne:  Cela n'est pas,
vous savez bien que cela n'est pas.

CATHERINE

Vous voyez que les mesures sont prises pour qu'on croie que cela est.

HENRI

Ah! notre cousin de Guise, vous en voulez terriblement … notre belle
couronne de France...Ma mŠre, ne pourrait-on pas le punir d'oser y
pr‚tendre sans notre permission?

CATHERINE

Je vous comprends, mon fils; mais ce n'est pas le tout de couper, il
faut recoudre.

HENRI

Mais il se bat demain avec Saint-M‚grin.  Saint-M‚grin est brave et
adroit.

CATHERINE

Et croyez-vous que le duc de Guise soit moins brave et moins adroit
que lui?

HENRI

Ma mŠre, si nous faisions b‚nir l'‚p‚e de Saint-M‚grin...

CATHERINE

Mon fils, si le duc de Guise fait b‚nir la sienne...

HENRI

Vous avez raison...Mais qui m'empˆche de nommer Saint-M‚grin chef de
la Ligue?

CATHERINE

Et qui voudra le reconnaŒtre? a-t-il un parti?...Peut-ˆtre y
aurait-il un moyen de tout conjurer, mon fils; mais il faudrait de la
r‚solution.

HENRI, h‚sitant

De la r‚solution!

CATHERINE

Oui; soyez roi, M. de Guise deviendra sujet soumis, sinon
respectueux.  Je le connais mieux que vous, Henri; il n'est fort que
parce que vous ˆtes faible; sous son ‚nergie apparente, il cache un
caractŠre irr‚solu...C'est un roseau peint en fer...Appuyez, il
pliera.

HENRI

Oui, oui, il pliera.  Mais quel est ce moyen?  Voyons!...faut-il les
exiler tous deux?  Je suis prˆt … signer leur exil.

CATHERINE

Non; peut-ˆtre ai-je un autre moyen...Mais jurez-moi qu'… l'avenir
vous me consulterez avant eux sur tout ce que vous voudrez faire.

HENRI

N'est-ce que cela, ma mŠre?  Je vous le jure.

CATHERINE

Mon fils, les serments prononc‚es devant l'autel sont plus agr‚ables
… Dieu.

HENRI

Et lient mieux les hommes, n'est-ce pas?  Eh bien, venez, ma mŠre, je
m'abandonne entiŠrement … vous.

CATHERINE

Oui, mon fils, passons dans votre oratoire.

SCENE VI

LE DUC DE GUISE, puis RUGGIERI

LE DUC DE GUISE

Quand donc un homme arquebusade de favoris nous d‚livera-t-elle de
ces insolents petits muguets?  M. le comte Caussade de
Saint-M‚grin...Le roi l'a fait comte; et qui sait o— s'arrˆtera ce
champignon de fortune?  Mayenne, avant son d‚part, me l'avait
recommand‚.  Je dois m'en d‚fier, dit-il:  il a cru s'apercevoir
qu'il aimait la duchesse de Guise et m'en a fait pr‚venir par
Bassompierre...Tˆte-Dieu! si je n'‚tais aussi s–r de la vertu de ma
femme, M. de Saint-M‚grin payerait cher ce soup‡on!  (Entre Ruggieri)
Ah! c'est toi, Ruggieri.

RUGGIERI

Oui, monseigneur duc...

LE DUC DE GUISE

J'ai avanc‚ d'un jour la r‚union qui devait avoir lieu chez
toi...Dans quelques minutes, nos amis seront ici...Je suis venu le
premier, parce que je d‚sirais te trouver seul.  Nicolas Poulain m'a
dit que je pouvais compter sur toi.

RUGGIERI

Il a dit vrai...Et mon art...

LE DUC DE GUISE

Laissons l… ton art.  Que j'y croie ou que je n'y croie pas, je suis
trop bon chr‚tien pour y avoir recours.  Mais je sais que tu es
savant, vers‚ dans la connaissance des manuscrits et des
archives...C'est de cette science que j'ai besoin.  Ecoute-moi.
L'avocat Jean David n'a pu obtenir du saint-pŠre qu'il ratifiƒt la
Ligue; il est rentr‚ en France...

RUGGIERI

Oui; les derniŠres lettres que j'ai re‡ues de lui ‚taient dat‚es de
Lyon.

LE DUC DE GUISE

Il y est mort; il ‚tait porteur de papiers importants...Ces papiers
ont ‚t‚ soustraits.  Parmi eux se trouvait une g‚n‚alogie que le duc
de Guise, mon pŠre, de glorieuse m‚moire, avait fait faire, en 1535,
par Fran‡ois RosiŠres.  On y prouvait que les princes lorrains
‚taient la seule et vraie posterit‚ de Charlemagne.  Mon pŠre, il
faut me refaire un nouvel arbre g‚n‚alogique qui prenne sa racine
dans celui des Carolingiens; il faut l'appuyer de nouvelles preuves.
C'est un travail p‚nible et difficile, qui veut ˆtre bien pay‚.
Voici un …-compte.

RUGGIERI

Vous serez content de moi, monseigneur.

LE DUC DE GUISE

Bien...Et que venaient faire ici ces jeunes papillons de cour que j'y
ai trouv‚s?

RUGGIERI

Me consulter sur l'avenir.

LE DUC DE GUISE

Sont-ils donc m‚contents du pr‚sent?...Ils seraient bien difficiles.

< < Previous Page     Next Page > >



Other sites:

db3nf.com screen-capture.net floresca.net simonova.net flora-source.com flora-source.com sourcecentral.com sourcecentral.com geocities.com